LE PLATINE

Le platine est l’élément de numéro atomique 78, dont le symbole est Pt. Il appartient à la famille des métaux de transition et au sous-groupe des « platines » qu’il forme avec le ruthénium (Ru), le rhodium (Rh), le palladium (Pd), l’osmium (Os) et l’iridium (Ir). Avec l’argent, l’or et le palladium, il est reconnu et réglementé comme métal précieux par le Contrôle Officiel Suisse des Métaux Précieux. En 2023, l’Afrique du Sud a extrait 120 tonnes de platine représentant 69% des extractions mondiales (175t).

Le platine natif est souvent naturellement allié à d’autres métaux et extrait de minerais de sperrylite (PtAs2).

Le platine est malléable, ductile, il offre une bonne résistance à l’oxydation, à la corrosion et à l’abrasion. Chimiquement très stable, il est hypoallergénique.

En horlogerie comme en bijouterie, le platine est apprécié pour sa couleur blanche. Le platine est apprécié pour le sertissage, sa couleur valorisant les pierres précieuses sans en dénaturer leur propre couleur. L’usinage du platine est difficile et ses alliages provoquent une usure rapide des outils. Les copeaux cassants qu’il produit, l’état de surface qui en résulte le rendent impopulaire auprès des graveurs.

A l’état pur, le platine est trop malléable pour un usage horloger ou joaillier, on l’associe ainsi généralement à des éléments d’ajouts pour produire un alliage approprié. Généralement, la teneur en platine des alliages utilisés en horlogerie est de 950/1000. L’horlogerie utilise généralement un alliage au ruthénium alors qu’on privilégie des alliages en joaillerie pour les castings.

Les premiers objets en platine, et ses premières descriptions remontent au 14ème siècle de notre ère. Le platine sera étudié durant le 18ème siècle mais il faudra attendre 1803 pour que le platine soit reconnu comme élément et classé chimiquement. La joaillerie et l’horlogerie commencent à utiliser le platine dès le 18ème siècle.

La résistance à la corrosion, à l’oxydation et à l’abrasion du platine comme sa couleur en font un métal très apprécié pour la fabrication des composants d’habillage (boites, bracelets, boucles etc.). Sa masse volumique, son amagnétisme lui valent d’être utilisé dans la fabrication de masses oscillantes et de masselottes de balancier, par exemple. Par sa densité, le platine diffuse mal le son, il est donc peu recommandé pour les boites des montres à sonnerie.