LES MÉTAUX

Les métaux représentent à ce jour encore l’essentiel des matériaux utilisés en horlogerie. Qu’il s’agisse du mouvement ou de l’habillage, une large palette de métaux est utilisée selon les propriétés mécaniques, physiques et esthétiques qui les caractérisent. Bien que traditionnellement utilisés en horlogerie depuis longtemps, certains alliages tels que les aciers ou les laitons ne cessent de subir des évolutions afin d’optimiser les qualités des composants auxquels ils se destinent.

LES ACIERS

Les aciers constituent l’une des plus grandes familles d’alliage. Ils se composent toujours de fer et de carbone (dont le taux détermine la dureté). Un ou plusieurs autres éléments peuvent compléter l’alliage pour obtenir les spécificités voulues (élasticité, résistance à la corrosion, ductilité etc.).

LES LAITONS

Très présents en horlogerie, les laitons constituent une famille d’alliages composés majoritairement de cuivre (qui leur donne leur couleur jaune) et de zinc. D’autres éléments peuvent y être ajoutés pour varier les spécificités de l’alliage. Le laiton est apprécié pour sa ductilité, sa malléabilité, sa dureté et ses propriétés tribologiques.

LE MAILLECHORT

Le maillechort est un alliage appartenant à la famille des laitons. Il se caractérise par un ajout de nickel à l’alliage binaire cuivre-zinc et, parfois de plomb.

LE PLATINE

Le platine est l’élément de numéro atomique 78 dont le symbole est Pt. Métal précieux, il est apprécié dans la fabrication de boites et de bracelets pour sa couleur blanche ainsi que sa résistance à la corrosion et à l’abrasion. Son importante masse volumique (21,5gr/cm3) lui vaut parfois d’être utilisé pour fabriquer des masses oscillantes ou des masselottes de balancier par exemple.

L’OR

Selon son titre et la composition de son alliage, l’or est utilisé couramment en horlogerie, tant dans l’habillage que pour certains composants du mouvement.

L’ARGENT

Très utilisé dans l’habillage des montres (boites, cadrans) jusqu’au 20ème siècle, l’argent est aujourd’hui un métal anecdotique en horlogerie. Sa mauvaise résistance à l’oxydation le cantonne à la fabrication de cadrans. Ses éclats blancs en font un support idéal pour des décors guillochés ou flinqués.

LE TITANE

Apparu en horlogerie dès la fin des années 60, le titane se distingue des autres métaux par sa légèreté, sa solidité et sa résistance à la corrosion. De nombreuses autres qualités mécaniques et physiques le caractérise et en font aujourd’hui un métal utilisé pour la fabrication de boites et de bracelets comme de composants de mouvement.

L’ALUMINIUM

L’aluminium est relativement peu utilisé pour la fabrication de composants horlogers. Ses propriétés mécaniques et physiques très particulières lui valent toutefois des usages spécifiques. Il est de plus très apprécié dans la fabrication d’outillage et présent dans de nombreux alliages.

LE TANTALE

Le tantale est un métal de couleur gris-bleu. Son numéro atomique est 73. Son point de fusion et très élevé, il est à 3017 degrés Celsius et sa masse volumique est de 16.4 g/cm3.

LE CUIVRE

Le cuivre est un métal de couleur rougeâtre qui peux devenir verdâtre après oxydation.

LE TUNGSTÈNE

Le tungstène est un métal de couleur grise qui est le métal qui a le plus haut point de fusion qui se situe à 3422 degrés celsius. Il a aussi une masse volumique très élevée qui est proche de celle de l’or ou du platine.

DEVENEZ CONTRIBUTEUR

HOROPEDIA est une plateforme de connaissance participative et nous invitons tous ceux qui souhaitent apporter leur contribution à cette aventure du partage du savoir horloger à nous rejoindre.